Soutenance Zoé Hagel


Vendredi 13 décembre 2013 à 14h dans la salle des Actes de la Faculté de Droit d’Aix-Marseille Université, 3 avenue Robert Schumann, Aix-en-Provence.

Zoé HAGEL vous invite à la soutenance de son travail de thèse intitulé :

Ville durable : des concepts aux réalisations,

les coulisses d’une fabrique urbaine.

Marseille ou l’exemple d’une ville méditerranéenne.

La soutenance est publique et se tiendra devant un jury composé de :
- Brigitte BERTONCELLO, Professeur en Aménagement de l’espace et Urbanisme, Directrice de l’Institut d’Urbanisme
et d’Aménagement Régional, Université Aix-­‐Marseille, directrice de thèse.
- Carole BARTHELEMY, Maître de conférences en Sociologie, Université Aix-­‐Marseille, co-­‐directrice.
- Cyria EMELIANOFF, Professeur en Aménagement de l’espace et Urbanisme,

Université du Maine, rapportrice.

- Sylvie MAZZELLA, chargée de recheche Cnrs, HDR en sociologie, directrice du labo Méditerranéen de sociologie.

- Jean-­‐Paul THIBAUD, Directeur de recherche au CNRS, HDR en Aménagement de l’espace et Urbanisme, Centre de

Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain, rapporteur.

- Jean-Yves TOUSSAINT, Professeur en aménagement de l’espace et urbanisme,

directeur du labo Environnement Ville Société, pilote du labex Intelligences des Mondes urbains.

Résumé

Derrière l’apparent consensus de l’application du registre de la « durabilité » à la ville, notre recherche contribue à analyser, dans une perspective critique, ce que recouvre la locution de ville durable dans le champ de l’urbanisme.

Nos investigations reposent tout d’abord sur l’étude des modalités de diffusion de l’expression, conjuguée à l’examen du traitement dont la notion fait l’objet dans la littérature scientifique et professionnelle. Nourrie du rapport dressé entre méditerranéité et pensée complexe (MORIN 1999), l’approche est ensuite incarnée au sein d’une ville méditerranéenne : Marseille. Elle se fonde alors sur l’analyse des représentations que les acteurs en charge de la fabrique urbaine se font de la ville durable, éclairant ainsi ce qui fonde leurs actions dans ce domaine. L’enjeu réside enfin dans la mise en regard de l’ensemble avec les conséquences matérielles, socio-spatiales et vécues des productions effectives. Celle-ci s’opère à travers un cheminement exploratoire sensible ponctué d’observations et de récits d’habitants, au sein d’un secteur dont les principes de réalisation sont rattachés à l’idée de ville durable.

Notre parcours de thèse montre ainsi comment la notion de ville durable dépend des politiques publiques conduites en son nom et peine à offrir un cadre suffisamment émancipateur et robuste pour permettre aux acteurs du champ de parvenir à un renouvellement des savoirs et de s’affranchir des contraintes et tendances lourdes qui pèsent sur la fabrique de la ville. Il aboutit également à la proposition d’une démarche « écologique » permettant d’explorer ce/ceux sur quoi/qui pourraient reposer la ou plutôt les « durabilités » urbaines et comment. Celle-ci passe par un changement de rapport à l’existant et suppose une déhiérarchisation des regards, notamment de ceux portés sur la pauvreté. Mettant en exergue le caractère central des espaces publics, elle invite à penser la mise en oeuvre comme une étape créatrice, véritable phase à part entière de l’élaboration du projet. Mais cette démarche doit surtout au fait de tenir ensemble (HACHE 2011) conceptualisations, représentations et effets des productions urbaines.

Afin d’organiser au mieux cet événement, merci de bien vouloir confirmer votre présence à l’adresse suivante : zoehagel@yahoo.fr